mercredi 29 janvier 2014

Tagged under: , ,

Human to Human

Cher Vincent, cher Pierre, merci pour cette discussion très ouverte et très intéressante sur la pénétration de twitter en entreprise, et sur les enjeux et problématiques associés: ouverture vers le monde extérieur, démocratisation de la communication, empowerement des employés à tous les niveaux, inclusion dans la stratégie générale... mais aussi les tensions émergentes entre générations et strates managériales, le franchissement de la ligne de faille sur la courbe d'adoption....

La mauvaise nouvelle, qu'on connait déjà, c'est que bien que la disruption numérique ait pratiquement détruit des structures industrielles colossales (Musique, Presse), la vaste majorité continue de se comporter comme si ça n'était jamais arrivé. Les entreprises, particulièrement les plus grandes et les plus organisées, continuent de traiter toute forme de publication accessible au public comme à l'époque Big Media. Et les dirigeants et cadres supérieurs qui créent des comptes le font pour “surveiller” ce que disent les gens, et leurs collaborateurs.

J'admire votre volonté d’aider les gens à oublier la mauvaise éducation qu’on nous a inculquée, cette culture du silence et de l’interdiction de parler, cette notion que l’expression et l’échange sont réservés à des élites diplômées en images et en lettres.

Aujourd’hui, on ne veut plus d'une affiche 4x3 ni d'un mail automatique qui nous explique qu'un technicien anonyme s’occupe de nous raccorder au gaz, ou nous brancher notre box, que notre conducteur veille à notre sécurité ou à nous acheminer rapidement à notre destination (wink @Btilloy). On veut la personne, on veut l’entendre de sa bouche ! Notre héros ça n’est plus la machine, le process, l’ERP. Notre héros c’est l’humain !

Maintenant que l'information circule facilement, les vieux pipelines où elle circulait deviennent obsolètes. Alors forcément, les élites de jadis, préposées à la surveillance de ces tuyaux, interprètent tous ces flux nouveaux comme des fuites à colmater.

Après le B2B et le B2C, nous sommes entrés dans l’ère du H2H, Human to Human*.


(*) Merci encore Duc Ha Duong de m'avoir fait découvrir cette formule [Edit: décrite dans cet article par son auteur, Bryan Kramer]