mardi 9 juillet 2013

Tagged under:

Le candidat parfait !

Une pile de CVs sur le bureau... autant de possibilités de se planter!

Hélas au moment du choix d'un collaborateur, une excellent façon de se tromper, c'est d'essayer trop fort de ne pas faire de bêtises !

A trop vouloir assurer leurs arrières, les recruteurs tuent généralement la créativité et l'innovation et condamnent insidieusement l'entreprise et ses collaborateurs à l'embourbement ou à l'échec. J'exagère ? Prenons un exemple ! Celui-ci vient de chez Michael Page, mais il y en a des centaines identiques
(je l'ai un peu abrégé, le texte complet est disponible dans les commentaires)

DIRECTEUR(TRICE) COMMERCIAL(E) PGC (H/F)
Description du poste Notre client est [un] acteur majeur de l'industrie agroalimentaire. [...] Nous recrutons pour sa filiale un(e) Directeur(trice) Commercial(e) PGC.
Description de l'offre :
Rattaché(e) au Directeur Général et membre du comité de direction, vous serez chargé(e) de la définition de la stratégie commerciale couvrant le périmètre des produits de grande consommation en France et à l'international:
- Vous animerez l'ensemble des équipes commerciales, [et piloterez les] accords commerciaux, les conditions de vente et la charte tarifaire,
- Vous coordonnerez la mise en place et le développement de la stratégie marketing ainsi que sa mise en oeuvre commerciale
- Vous mènerez enfin la réflexion stratégique en collaboration avec la Direction Générale et le comité de direction sur le développement commercial national et international de l'entreprise.

Profil recherché :
Vous êtes issu(e) d'une formation supérieure commerciale de type école de commerce. [...]
Vous justifiez d'une expérience de 10 ans au minimum acquise dans une fonction de management de larges équipes commerciales dans le domaine des PGC.
Vous avez marqué avec succès des étapes clé de parcours au poste de Direction nationale des ventes et/ou de Direction d'enseignes couvrant un périmètre international.
Vous avez fait vos preuves dans la gestion de marchés PGC dans le domaine agroalimentaire.
Vous parlez anglais couramment.
Doté(e) du sens de la pédagogie et de savoir-être, vous montrez du charisme et avez la capacité à développer une vision stratégique.
Votre positionnement de Manager ainsi que votre hauteur de vue vous permettront de développer les compétences de votre équipe et d'intervenir en appui opérationnel sur les dossiers stratégiques.

Voila, il y a tout. Notre chasseur de tête a posé ses questions pour "cerner" le poste, et se retrouve finalement en quête non pas de chait fraîche, mais du candidat qui a déjà fait le travail. Ainsi, le candidat potentiel peut cocher les cases pour savoir s'il a une chance. Un beau process comme à l'usine.
- On cherche un commercial <=> vous avez fait une école de commerce. 
- Dans la petite et grande consommation <=> vous avez fait de la PGC. 
- Vous serez directeur <=> vous avez été directeur. 
- Agroalimentaire <=> agroalimentaire. 
- Stratégie <=> stratégie. 
- etc.

  • Mais quel est le bénéfice pour l'employeur? Quelles idées fraîches, out-of-the-box? Quelles idées importées d'autres univers? Quel regard frais?
  • Quel bénéfice pour le nouveau venu? Où est le challenge? Où est la nouveauté? 5% de salaire supplémentaire? Des objectifs de croissance de 8% ? Une nouvelle voiture de fonction?
  • Et le chasseur de tête ou recruteur dans tout ça? C'est embêtant, car on ne peut rien vraiment lui reprocher ! Le candidat a fait une grande école, a déjà fait le job, et il parle anglais (ce qui est un vrai plus pour un groupe international, non?). 

Cette culture de l'irréprochabilité tue la créativité. Il est plus facile de justifier que de créer et d'innover. OK, c'était bon dans une économie d'équipement et lorsqu'il fallait faire la course à l'efficacité, mais notre économie a aujourd'hui besoin de réinventer ses modèles, d'innover...
Peut-on imaginer une bonne start-up qui recrute ses premiers talents ainsi? Les bonnes start-ups sont peuplées de gens talentueux et motivés, qui soit n'ont pas encore fait leurs preuves, soit les ont faites dans d'autres domaines. Mais surtout personne ne leur a imposé 10 ans d'expérience de start-ups pour devenir directeur commercial.